La liberté est un choix.

Les arcs-en-ciel

La multiplication des couleurs.

Lesbiennes, Gays, Bisexuelles et transgenres ( LGBT).

Pourquoi les voir autrement ? Quelle est leur différence ?

Vous avez un prénom, un nom, une vie, une histoire et ils ont la leur également.

Vous avez des amis, une famille, ils en ont aussi mais paradoxalement ils sont différents de vous.

Au-delà des religions et de votre belle éducation, c’est l’histoire d’une vie. Pourtant, vous refusez de les laisser avancer.

Personne ne vous interdit d’être contre eux ou de ne pas supporter leurs amours.  Il s’agit simplement d’une question d’humanisme à leur égard. Car chacun de nous a sa place au sein de la société, peu importe où l’on se situe et qui on aime.

Libre choix :

La routine ou la passion,

On est libre d’obéir ou de désobéir aux lois de la nature, à partir du moment où l’on ne fait pas de mal aux autres. Les gens font des choix mystérieux et il est souvent impossible de les comprendre tant qu’on n’a pas commencé par les accepter. Vous vivez pleinement vos vies.

Eux aussi peuvent vivre la leur.                                                                                                                     Anonyme.

Merci Monsieur Collignon

Au nom de la 1ère ASSP1, nous vous remercions pour votre sympathie et votre enseignement au sein de notre classe. Nous nous rappelons quand nous sommes partis en sortie à Paris pour interviewer des journalistes et apprendre à écrire un article. Grâce à vous, nous avons reçu le prix du média lycéen. Merci infiniment. Nous espérons que vous viendrez nous voir car vous nous manquez.

L’équipe

L’Histoire d’une sortie en EHPAD

Vendredi 5 Octobre 2018

Nous étions en cours de SMS ( Sciences Médico-Sociales ), notre professeur principal nous a informés que nous allions avoir une sortie le jeudi 11 octobre en demi-groupe (groupe A) en EHPAD. Elle nous a présenté le projet qui se nomme  « Personnes âgées témoins vivants de l’Histoire » et a fait en sorte de nous faire partager les tâches. Nous avons formé des groupes de deux à quatre personnes et nous avons préparé des thèmes et des questions. Nous étions très contents car on ne s’attendait pas à avoir une sortie.

La veille de cette sortie, notre professeur principal nous a fait un rappel sur le projet et nous a proposé d’offrir un cadeau aux personnes âgées pour notre visite chez eux à la maison de retraite. Nous avons choisi de prendre une plante car c’est plus durable que les fleurs.

Le jour-J, nous nous sommes rejoints devant le portail du lycée à 14h30. Notre professeur principal nous a présenté Monsieur S. qui est professeur-documentaliste et nous a montré la plante (une Kalanchoé). Tout le monde était  présent à l’appel. Nous sommes sortis du lycée tous excités puis nous nous sommes dirigés vers l’arrêt de bus.

Une fois entrés à L’EHPAD, l’animatrice nous a accueillis  avec un grand sourire, puis elle s’est présentée et nous a fait une petite visite de la structure.

Nous nous sommes présentés à nouveau chacun notre tour aux personnes âgées et à l’équipe. Certaines personnes ne nous entendaient pas trop, nous avons essayé de parler un peu plus fort… en vain !

Ensuite, l’animatrice leur a expliqué ce qu’on allait faire. Les groupes se sont reformés, elle a désigné des personnes qui correspondaient à nos thème. Nous nous sommes installés et nous avons questionné les personnes, c’était un peu difficile car à un certain moment il fallait parler plus fort parce qu’ils n’entendaient pas bien. Mais finalement, ils ont tous apprécié.

Quelques jours après notre visite, l’animatrice a envoyé un mail à notre professeur principal pour nous dire que les personnes ont apprécié notre visite et sont tous pressées de nous revoir.

 

Diana , Mayara , Maroua.

La filière professionnelle ? NON JAMAIS !

IMG_2705

   En entrant au lycée, nous étions pleines d’appréhensions et de préjugés  sur l’établissement, les élèves et la filière.

Car au collège nous avons entendu toutes sortes de mauvaises paroles :

« Le lycée professionnel c’est  pour les nuls »

  «T’es sur d’aller en pro, t’es bête alors»

 «La voie professionnelle il n’y a que des voyous»

 «Que des élèves en échecs scolaires» …

Photo. Rédaction paradarius

 Ces phrases blessantes nous ont découragés. Nous avions même honte d’être en professionnel. Certains d’entre nous ont dû se sentir inférieurs ou incultes par rapport aux élèves du lycée général.

 La famille et les proches ont joué un grand rôle dans certains cas, car soit ils ne  comprennent pas nos choix, ce qui nous fait perdre confiance en nous, soit à l’inverse, certains nous soutiennent et acceptent nos choix.

 Mais au lycée, nous avons la chance d’avoir eu des professeurs qui nous encouragent, qui nous boostent, qui croient en nous, qui nous aident face à nos difficultés, qui  nous donnent des objectifs à réaliser et qui nous font prendre de la hauteur.

Nous avons vu nos résultats augmenter grâce à notre assiduité, notre écoute, l’envie de réussir et notre entraide, car aujourd’hui, nous sommes une équipe !

Les conseils que nous pouvons vous donner si vous prenez la voie professionnelle est de ne pas écouter les préjugés, de croire en vous et de faire ce qui vous plaît et pas ce qui plaît aux autres.

samirah.k kadiadou.k

Rencontre avec des personnes âgées.

Le jeudi  11 octobre 2018, nous sommes allés dans un EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) situé près de la ville de Cachan.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer l’animatrice Mme T** qui nous a présentés aux personnes âgées qui habitent cette structure.

Elles ont accepté de nous accueillir pour qu’on leur pose des questions. Nous nous sommes présentés chacun notre tour en donnant : nos prénoms et nos souhaits pour nos futurs métiers pour notre avenir (Infirmier/ière, sage femme, auxiliaire de puériculture, pompier, aide soignant/e …).

Durant notre présentation, nous avons pu remarquer que la plupart des personnes âgées étaient malentendantes. Après ces présentations (qu’elles n’ont pas entendu !), nous nous sommes dirigés vers elles pour en savoir plus sur leur passé et leur présent et mieux les connaître.

Pendant nos échanges avec eux, nous nous sommes sentis à l’aise, nous avons souri et ri. Il y avait une bonne ambiance mais parfois un peu trop bruyante donc nous devions parler plus fort pour que les personnes âgées entendent mieux. Moi, Elodie qui ne suis pas très bavarde d’habitude, j’ai beaucoup parlé. Et moi, Océane, qui suis timide de nature, je n’ai pas eu l’occasion de beaucoup parler mais j’ai été très à l’écoute.

Océane H et Élodie C.

Fait Divers : Attouchements à l’EHPAD ?

Nous sommes pourtant dans une maison de retraite

L’histoire se déroule dans une maison de retraite du val-de-marne où un homme d’une soixante dizaines d’années , rendant tout les jours sans exception visite à sa femme emmène une résidente qui n’est pas sa femme en fauteuil roulant faire un tour dans les couloirs.

Au début cela semblait normal sauf qu’a chaque fois qu’il venait rendre visite à sa femme qui était une personne totalement dépendante ( qui ne parle pas , qui ne marche pas … ) il s’extirpait discrètement avec cette fameuse residante.

Un jour étant moi même en stage dans cette résidence, je me rendis compte de l’absence de cet homme , j’ai demandée à une aide soignante pourquoi l’homme s’était absenté pendant trois jours . Elle m’expliqua alors cette histoire horrifiante ; Chaque fois que l’homme partait avec cette résidente il profitait de son handicap et de sa naïveté il pratiquait des attouchements sur cette femme.

Sa famille est-elle au courant ?

L’homme va t’il aller en prison ?

Et vous connaissez-vous vraiment votre lieu de travail ?

Laetitia  N. et Fatimata N.

Premier jour de stage à l’hôpital

Il est 8h, je me lève, je me prépare, je suis très contente mais en même temps stressée car c’est mon premier jour de stage en hôpital, c’est une nouvelle expérience pour moi.

Je finis de me préparer et je vais en direction du métro 7, c’est à 10m de chez moi.

Je prends le métro et il y est 8h30. Arrivée devant l’immense hôpital, je cherche le bâtiment 26 «Daparis», je me perds un peu et il y est déjà 8h50. Je trouve enfin mon bâtiment le RDV est à 9h je monte rapidement au 2ème étage.

Quand tape à la porte du cadre de santé c’est une femme qui ouvre la porte, je dis que je suis là pour le stage et elle me demande d’attendre ma tutrice.

J’attends 15 minutes elle arrive et me dis d’attendre encore la deuxième stagiaire, alors j’attends.

Il est 9h45 ma tutrice vient me voir et on parle du stage, elle me présente à l’équipe et je vais mettre ma tenue professionnelle, je suis bien accueillie par toute l’équipe.

Quand je retourne pour les rejoindre elles me disent qu’un Monsieur vient de décéder. Je suis très choquée. Le premier jour commence de manière agitée.

Alors j’aide Bene à ramasser les plateaux repas des chambres tout en pensant à ce monsieur, on fait la vaisselle et on prépare pour le déjeuner, on distribue le déjeuner, moi j’aide une dame à manger, après je ramasse les plateaux, on fait la vaisselle, et j’observe un change.

Il est l’heure pour aide soignantes du matin de partir et moi je reste jusqu’à 17h.

Je plie des serviettes, et je suis présentée à une étudiante infirmière et elle me dit de rester avec elle parce qu’elle va m’expliquer comment on fait des changes. J’observe 2 changes et on fait connaissance.

On distribue les goûter. Et j’observe l’étudiante qui prépare des perfusions pour les personnes âgées qui ne boivent pas assez d’eau.

Je ramène deux dames dans leurs chambres et c’est déjà l’heure de partir.                                                                                 

       Mayara

105 ans

Lors de notre sortie en EPHAD, nous avons rencontré Mme G. Elle est très autonome et a toute sa mémoire. Mme G. nous a rejoints car nous étions déjà en compagnie de Mme B. et Mme P.

Nous l’avons aperçue au fond du couloir avec sa canne qu’elle utilisait à peine car elle n’avait aucune difficulté à se déplacer. Puis, elle s’est dirigée vers nous en compagnie de l’animatrice et s’est imposée à notre table, ce qui ne nous a pas déplu. Très souriante et joyeuse, elle n’a aucun problème de santé mise à part un problème auditif du coté gauche.

L’animatrice nous a dit avec un grand sourire de deviner l’âge de cette dame. Nous nous sommes mises d’accord qu’elle devait avoir entre 70 et 80 ans. L’animatrice et Mme G. ont ri puis elles ont dit qu’elle avait déjà 105 ans et qu’à la fin du mois de janvier elle aura 106 ans.

A ce moment là, ma camarade et moi étions choquées et perturbées de cette annonce car elle ne les faisait pas. Pour nous une personne de 105 ans ne pouvait pas être en aussi bonne forme et pimpante !

Puis, l’animatrice a laissé Mme. G. en notre compagnie. Elle nous a raconté son enfance, lorsque qu’elle était au couvent, puis les guerres de 1914-1918 et 1939-1945 qu’elle a vécu.

A 105 ans sa mémoire et sa forme sont étonnantes.

B.M & S.E

L’enfance de Madame C.

Nous avons rencontré Madame C. jeudi 08 novembre à l’EHPAD.

Madame C. a 93 ans, elle est née le 03 janvier 1925 et elle est entrée à l’EHPAD il y a 6 ans quand son mari est mort.

Madame C. est malvoyante et se déplace en déambulateur mais elle est assez autonome.

Elle nous a beaucoup parlé de son jeu préféré qui était la « Dînette ». C’est étonnant car pendant notre enfance nous jouions aussi à la dînette.

Elle nous a aussi dit qu’à son époque les crèches n’existaient pas. C’est sa mère qui s’occupait d’elle jusqu’à l’âge de 4 ans. Puis, elle est allée à l’école maternelle et a appris à lire. Grâce à cela, elle a pu aller à l’école primaire.

Elle a arrêté l’école pour aider sa mère durant  la 2ème guerre mondiale. Après cette période, elle a passé un diplôme de philosophie.

Aida N. et Kadiatou S.